Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hier soir avait lieu un grand débat à Paris à la Mutualité réunissant François CHEREQUE (CFDT), Jean Christophe LE DUIGOU (CGT), Martin HIRSCH (EMMAUS-France), Louis CHAUVEL (sociologue), … etc.

Ce meeting était organisé à l’occasion de la sortie du livre « Repenser la solidarité » (PUF – voir à ce sujet : http://www.parlonssolidarite.com/) publié sous la direction du sociologue Serge PAUGAM.

Je pense que ce type d’initiative participe à l’enrichissement du débat. L’apport des sociologues, des économistes, des scientifiques, ... et tout simplement des chercheurs au débat national est à mon avis essentiel pour revitaliser notre démocratie. En effet, si nous voulons sortir de la crise politique, sociale et économique, il faut réunir toutes les forces vives trop longtemps ignorées sous le gouvernement UMP depuis 2002.

Nous vivons actuellement un changement de paradigme (un modèle cohérent de vision du monde) ou tout du moins la création d’un nouveau paradigme face au paradigme libéral. Je pense effectivement que nous sommes dans une phase de reconstruction des idées après une phase de déconstruction qui a eu lieu dans les années 1990. Si les essais se sont multipliés depuis l’échec du 21 avril 2002 sur le besoin de créer un nouveau logiciel à gauche, cela n’est pas un hasard. Car ces mêmes essais auraient pu se cantonner à la nécessité de revenir aux bonnes vieilles recettes.

Je ne partage pas les analyses consistant à courrir après la troisième voie mais je crois plutôt en un socialisme qui ne fasse aucune concession avec ses valeurs constitutives et qui soit en capacité de s’adapter, dans le réel, à une société qui a profondément changée et qui ne peut plus fonctionner en vase clos. Or, cette reconstruction doit s’opérer avec les citoyens, avec les chercheurs, avec tous ceux qui ont un avis sur notre société et son devenir.

Face aux nouveaux-réactionnaires (ou néo-conservateurs) qui analysent le monde à travers le choc des civilisations (« l’axe du bien contre l’axe du mal » GW. BUSH) et la France à travers le choc des cultures ou la vieille distinction maurrassienne du « pays légal » et du « pays réel», le devoir de la gauche est de ressourcer les idées, de redonner confiance en l’avenir, de « comprendre le réel et d’aller à l’idéal ».

Tag(s) : #La démocratie en panne

Partager cet article

Repost 0