Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France défend la paix, laquelle implique le droit d’Israël de vivre en sécurité et le droit des Palestiniens de vivre dans un Etat indépendant, viable, démocratique et pacifique.

Son appui en faveur de la solution des deux Etats ne s’est jamais démenti et reste le fil conducteur de nos prises de position dans les enceintes internationales, quels que soient les gouvernements français et quels que soient les aléas du processus de paix. C’est ainsi que, sous le gouvernement précédent, la France a voté en faveur de l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO.

La « reconnaissance internationale de l’Etat palestinien » est inscrite dans les engagements de campagne (proposition 59) du président de la République. Cette promesse électorale correspond à la position du Parti socialiste, comme à celle de tous les partis politiques représentatifs français.

Le projet de résolution présenté par les palestiniens à l’ONU demandant un rehaussement du statut de la Palestine aux Nations unies fera l’objet d’un vote jeudi prochain. Il prend en compte les positions traditionnelles françaises, européennes et internationales. Il ne préjuge pas de l’issue des négociations qui devront reprendre sans conditions, comme le Président Abbas s’y est engagé vis-à-vis de la France.

Cependant si, sur la forme, l’initiative palestinienne arrive à contretemps, il n’en demeure pas moins que son contenu coïncide avec ce que la France pense bon à la fois pour Israël et la Palestine.

L’admission de la Palestine aux Nations Unies comme Etat non membre n’est qu’une étape. La page de négociations sincères et directes reste à écrire. La communauté internationale doit y veiller et se tenir prête à apporter les garanties nécessaires.
Tag(s) : #Droits de l'Homme

Partager cet article

Repost 0