Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai participé pour la première fois aux rencontres nationales des professionnels et élus de la jeunesse (NEUJ PRO) qui ont eu lieu à Vichy du 14, 15 et 16 octobre 2009. J'ai pu m'y rendre à partir du 15 octobre ayant une réunion de travail prévue de longue date avec mes collègues de Besançon et de Strasbourg pour échanger sur les politiques de la vie associative.



J'ai participé à plusieurs ateliers très intéressants :

- "Le chômage des jeunes est-il une fatalité ?" avec l'intervention d'Alexis TCHERNOIVANOFF, enseignant et intervenant à l'observatoire des inégalités.
- "Qu'entend-on par autonomie des jeunes ?" avec l'intervention d'Elsa RAMOS, sociologue et maître de conférence à l'Université Paris Descartes.
- "L'engagement des jeunes : une ressource à développer et à valoriser" avec l'intervention notamment des représentants de l'association de jeunes "sourir au monde" de Savoie.
- "Être jeune en temps de crise" avec la participation d'Olivier GALLAND, sociologue et chercheur au Centre de Recherche en Economie et Statistique, auteur de "Les Jeunes Français ont-ils raison d'avoir peur ?".

Les jeunes qui ont participé à ces débats ont manifesté leur souhait d'être reconnus comme une force de changement et d'innovation, une ressource et non comme un problème. On a pu également aborder la question de l'engagement des jeunes qui diffère, dans les formes, de celui de leurs aînés mais qui n'est pas moins important. Les clichés et les préjugés sont tenaces : 70% des adultes interrogés trouvent les jeunes individualistes et 59% les trouvent intolérants ... (sondage Audirep), on comprend mieux pourquoi les jeunes ont tant de difficultés à obtenir la confiance de leurs aînés pour mener leurs projets ...

Dans un contexte de crise économique et sociale, nous avons également débattu de la situation des jeunes et des solutions à apporter face au chômage massif (le taux de chômage des jeunes a progressé de 41% entre avril 2008 et février 2009 contre une hausse globale de 18,6%; le nombre de chômeurs parmi les jeunes a bondi à plus de 20%), aux problèmes d'accès aux soins, aux problèmes de mobilité, à la précarité, aux questions identitaires, et au manque de perspectives. La question de l'échec scolaire a également été débattue. Un chiffre parlant : 60% des jeunes Danois disent avoir confiance dans l'avenir mais seulement 20% des jeunes Français ont le même enthousiasme.

Les conséquences de la politique menée par le gouvernement ont aussi été soulevées par les participants : les effets de la révision générale des politiques publiques (RGPP) avec la disparition des directions départementales jeunesse et sport, la réforme des collectivités territoriales et ses conséquences sur les ressources, la marchandisation de l'éducation, de la culture et du temps libre, ... etc. 

Je ne peux être exhaustif tant les sujets traités ont été nombreux.

Enfin, j'ai animé un atelier d'échange de pratique sur les relations contractuelles entre les associations et les collectivités, typologies et conséquences, un sujet très important puisque j'ai pu valoriser le travail qui est fait à Dijon en la matière avec les MJC.

Pour conclure, j'y retournerai certainement l'année prochaine car c'est un moment privilégié pour recueillir et partager des expériences locales. Un élu local ne peut agir seul dans son soin, on se doit de regarder ce qui est fait autour de nous. J'ai fait la connaissance de nombreux élus et professionnels de la jeunesse à cette occasion. Je salue d'ailleurs les élus de la Réunion, de la Guadeloupe et l'équipe d'animation de la commune de Beausoleil avec qui j'ai échangé et qui sont très actifs.

Tag(s) : #La politique Jeunesse à Dijon

Partager cet article

Repost 0