Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'UMP se positionne en donneuse de leçons en matière budgétaire dénonçant un jour le matraquage fiscal et le lendemain la fuite en avant dans la dépense publique. On attendrait des responsables de l'UMP l'exercice d'un devoir d'inventaire compte tenu de la gravité de leur bilan. Quand on a mis en faillite son pays, avant d'avoir mis en faillite son parti, on se doit d'être un peu plus mesuré.

Face à cette amnésie profonde, il faut rappeler quelques chiffres du bilan des "dix calamiteuses" (2002-2012) pour le budget de la France :

- La dette publique a augmenté de 600 milliards d'euros entre 2007 et 2007 (quinquennat de Nicolas Sarkozy). La dette publique a doublé en 10 ans avec l'UMP : elle est passée de 900 milliards à 1800 milliards d'euros.

- le déficit structurel s'est creusé de 1,8 points de Produit Intérieur Brut (PIB) durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy et les dépenses publiques ont dérapé en moyenne de 2% par an

- la dépense publique a explosé de 170 milliards d'euros entre 2007 et 2012 alors que dans le même temps la révision générale publique (RGPP) a cassé nos services publics (police, gendarmerie, éducation nationale, armée, ...).

- l'injustice fiscale a privé l'Etat de recettes au profit des contribuables les plus fortunés. Le coût du bouclier fiscal entre 2007 et 2012 est estimé par la Cour des Comptes à 3,6 milliards d'euros.

- la charge des intérêts de la dette des administrations publiques était de 52,2 milliards d'euros en 2012 soit le double du budget consacré à l'enseignement supérieur et à la recherche.

- le taux de prélèvements obligatoires a augmenté entre 2007 et 2012, résultat des hausses d'impôts pour les classes populaires et les classes moyennes au profit d'une baisse pour les plus aisés.

Cette politique a donc été celle de la remise en cause de notre souveraineté nationale par le creusement de la dette. La seule tutelle sur l'UMP, compte tenu de ses résultats, c'est celle de la soumission aux marchés financiers. La seule politique qui a été menée est celle de l'assistanat de ceux qui s'enrichissent en dormant par la voracité des marchés financiers.

La faillite actuelle de l'UMP n'est que la poursuite de la logique de l'irresponsabilité.

Face à cette situation de crise budgétaire de l'Etat et de crise économique, nous nous mobilisons en permanence pour réussir le redressement de notre pays dans la justice par une maîtrise des dépenses publiques (les dépenses de l'Etat ont connu une baisse historique de 300 millions d'euros en 2012 par rapport à 2011), par une fiscalité plus juste (l'alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail, ISF, taxes sur les dividendes et les transactions financières, taxe exceptionnelle sur les banques et les sociétés pétrolières, ...), et par des mesures pour rétablir notre compétitivité pour créer des richesses et donc de l'emploi (crédit d'impôt compétitivité emploi, banque publique d'investissement, ...). Rien n'est simple, mais l'enjeux c'est celui du redressement de la France.
Tag(s) : #La dette publique

Partager cet article

Repost 0