Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vendredi 16 mars 2012, à l’initiative de François Patriat, de l’association des régions de France, de l’association des régions Européennes viticoles, de l’association nationale des élus de la vigne et du vin, de l’association des maires ruraux de France et des élus représentant les principales régions viticoles françaises ainsi que des professionnels de la viticulture, je me suis mobilisé pour lancer, à leurs côtés, l’Appel de Dijon et réaffirmer notre vive opposition à la libéralisation des droits de plantations viticoles.

 

Depuis plusieurs mois déjà, nombre de vignerons s’emploient à sensibiliser les autorités publiques et communautaires face aux dangers d’une libéralisation des plantations.

 

Tandis que les 15 pays producteurs membres de l’Union européenne avaient d’ores et déjà pris position, demandant à la Commission de modifier la législation communautaire avant le 1er janvier 2016, cette avancée significative ne suffit pas à entériner la liberté totale de planter.

 

En effet, ces Etats ne représentant pas à eux seuls une majorité de vote au sein du Conseil des ministres de l’UE, aucune perspective de réouverture des discussions n’est ainsi prévue.

 

Dès lors, la mobilisation doit se poursuivre.

 

Les conséquences directes de cette libéralisation des droits de plantations constitueraient de fait un double désastre : l’augmentation de la production et le déséquilibre entre l’offre et la demande. Les AOC verraient ainsi leur production tripler avec plus d’1 millions d’hectares disponibles en aire d’appellation.

 

En outre, s’agissant des vins sans indication géographique (IG), la situation est tout aussi préoccupante. Leur production pourrait augmenter dans les zones mixtes mais aussi dans des régions où il n’existe actuellement aucun vignoble. Certains départements non viticoles et/ou des pays d’Europe centrale ont d’ores et déjà manifesté leur intention de créer de nouveaux vignobles.

 

Plus que jamais, l’heure est aujourd’hui à la sensibilisation et à la mobilisation contre la libéralisation des droits de plantations viticoles, dont les conséquences à terme sont dramatiques pour la collectivité (paysages, environnement, tourisme, emploi, image du vin…).

 

Les signataires de l’Appel de Dijon entendent mettre tout en œuvre pour que la Commission européenne revienne sur cette mesure et ont décidé :

 

-          « d’unir leurs efforts pour amplifier la mobilisation, en Frane et en Europe, de tous les lus, professionnels, citoyens afin d’obtenir l’abandon pur et simple du projet »

 

-          « d’organiser une grande manifestation d’envergure européenne à Bruxelles à l’automne 2012. »

 

 

Tag(s) : #Côte d'Or

Partager cet article

Repost 0