Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Louis CHAUVEL, sociologue et professeur à Sciences-Po, spécialiste des inégalités et des dynamiques générationnelles, a choisi "La République des idées" (éditions seuil - octobre 2006) pour éditer son nouveau livre "les classes moyennes à la dérive". Il y montre pourquoi les classes moyennes en France ont un déficit d'avenir. C'est en effet le coeur de la société française qui se désagrège. J'ai apprécié ce livre et vous invite à le découvrir même si on aurait aimé qu'il y ait encore plus de développements.

Ainsi, longtemps associées à l'imaginaire de progrès et d'émancipation, notamment pendant les trente glorieuses (la génération 1968 ou le sacre des classes moyennes), les classes moyennes (importance du pluriel car elles sont diverses) sont désormais à la dérive.

En témoigne le déclassement générationnel (ou le descendeur social) que subissent les enfants de ces classes moyennes, hier premières bénéficiaires de l'ascenseur social. Les enfants n'ont plus la certitude de pouvoir avoir accès à une promotion sociale en ayant fait des études supérieures. On entend tous autour de nous l'expression "tirer vers le bas".

La stagnation voire la baisse du pouvoir d'achat pour certaines catégories, l'inflation immobilière (ou patrimoniale) qui pèse sur les budgets en raison de la politique de l'euro fort, la croissance molle sont autant de signes inquiétants. Nous sommes entrés dans l'ère de l'incertitude : sur la santé, les retraites, l'école, ... etc, dans une société anxieuse à laquelle certains proposent des anxiolytiques qui nous conduiraient droit dans le mur. Nous sommes aux antipodes des rêves de 1968.

Louis CHAUVEL montre que face à un futur incertain, les jeunes subissent un déclin social qui se conjugue à un choix de radicalisation ou de forte mobilisation. On l'a vu avec les manifestations contre le CPE, le basculement des jeunes dans le "non" du 29 mai 2005, le mouvement des jeunes chercheurs, les émeutes dans les banlieues, ... etc. Il est urgent de redonner un espoir, une espérance à la jeunesse de notre pays.

Les classes moyennes qui ont toujours joué un rôle important sur le plan politique en France, peuvent jouer un rôle d'accélérateur de la fièvre social si nous ne sommes pas en capacité de rétablir une confiance en l'avenir.

Si les catégories populaires et les classes moyennes sont à la dérive, c'est bien tout notre pays qui l'est. Notre pays a besoin d'un vrai remède. Cela passe par une politique de gauche, socialiste, qui vise à rétablir la justice, l'ascenseur social, qui redistribue du pouvoir d'achat, qui s'attaque à la spéculation, qui donne de nouveaux moyens pour l'éducation et la recherche car le savoir est la base de l'espérance, qui se préoccupe des générations futures en répondant aux défis de demain notamment dans le domaine de l'écologie.

Tag(s) : #Les classes sociales

Partager cet article

Repost 0