Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre majorité au plan local a voté au conseil municipal un budget 2009 de combat face à la crise économique, financière et sociale. Cette logique a également été mise en oeuvre à la Communauté d'agglomération du Grand Dijon et au Conseil régional de Bourgogne. Ainsi, les investissements publics réalisés permettront de soutenir les entreprises et donc l'emploi. Ce volontarisme s'inscrit dans une politique de soutien à la demande. On pourrait citer le tramway ou encore la construction de logements à loyers modérés.

En cohérence, je me suis opposé au budget 2009 présenté par la majorité UMP - Nouveau Centre au Conseil général de Côte d'Or, car au-delà des ambitions affichées, la réalité est la suivante : les investissements publics baissent de 5,27% (114,7 millions d'euros en 2009 pour 121,4 millions d'euros en 2008), les investissements directs baissent d'un million d'euros (75,2 millions d'euros en 2009 pour 76,2 millions d'euros en 2008) et l'aide directe aux communes diminue de 10% passant de 23,5 millions d'euros à 21,2 millions d'euros. Vous remarquerez que vos impôts ne diminueront pas. Il faut dire que les frais de communication du Conseil général de Côte d'Or augmentent de 40% et les frais de réception de 52%.

Face à la crise que nous subissons, le parti socialiste a proposé récemment un plan de lutte avec un grand nombre de propositions concrètes. Vous pouvez consulter ces propositions ainsi que les outils pour les diffuser à l'adresse suivante :
http://www.agirvraimentcontrelacrise.fr/ 

Compte tenu de l'ampleur de la crise, il faudrait qu'un grand débat public soit organisé par l'Etat où tous les acteurs seraient conviés : entreprises, banques, associations, citoyens, pour proposer et débattre des solutions collectives. Or, on ne risque pas de se diriger vers ce type de démarche quand on voit avec quel mépris la majorité UMP traite nos parlementaires (cf le débat sur le droit d'amendement).

Enfin, les attaques répetées contre le service public ne peuvent qu'aggraver la crise. En effet, nos services publics participent à l'attractivité de nos territoires et à l'économie de la connaissance. L'hôpital public, les écoles, l'enseignement supérieur, les bureaux de poste, ... subissent les choix nationaux. Les micro-chocs qui se multiplient risquent de conduire à un macro-choc dont les conséquences peuvent être très graves sur le plan social.

Il faut retrouver le chemin de l'innovation et redéfinir une véritable politique industrielle. Certains parlent de "croissance verte", en tout cas l'environnement est un domaine fortement générateur d'emploi. Il ne suffit pas d'avoir de l'ambition, il faut du courage.



Tag(s) : #La démocratie en panne

Partager cet article

Repost 0