Présentation

170311 93F8187 focale info thomas hazebrouck

 

Laurent Grandguillaume,

Député de la Côte d'Or

Conseiller municipal de Dijon

Recherche

Pour me contacter

Si vous souhaitez un rendez-vous, que vous avez une question ou que vous souhaitez me transmettre une proposition :

 

laurent-grandguillaume@orange.fr

 

Ma permanence parlementaire :

 

6 rue Bénigne Frémyot - 21000 Dijon

 

Mon site internet de Député :

 

www.laurentgrandguillaume.fr

6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 22:19

Dans le Journal du Dimanche, Ségolène ROYAL précise à propos du processus de rénovation du PS : "Mon souci, c'est d'élever le débat entre socialistes. L'époque où un petit nombre de gens pouvaient sur un coin de table écrire un texte et le soumettre au vote des militants est terminée. Les adhérents n'ont pas été réellement consultés depuis la campagne présidentielle. Je veux que ma contribution soit le fruit du plan grand nombre. D'ailleurs, si on regarde les programmes municipaux des candidats PS, tous ont eu une démarche participative. Une démarche dont Nicolas Sarkozy s'est gaussé pendant la présidentielle, mais on voit que j'avais raison : avec son pouvoir personnalisé, il échoue" (l'interview complète : http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=sinformer_actualites&actu=2199).

La démarche participative de Ségolène ROYAL répondra, à mon avis, aux fortes attentes des militants du PS qui souhaitent donner leur analyse de nos défaites nationales, proposer un nouveau mode de fonctionnement pour PS, définir un projet réaliste et ambitieux, élaborer une stratégie pour la gauche.

Voici la méthode proposée :

Consultation participative : comment le congrès du PS peut il être utile aux français ?

 

Dans un monde qui se transforme à vive allure et dans une France où même ceux qui se croyaient à l’abri sont en proie à l’inquiétude, les socialistes doivent répondre à de nouvelles questions. Aujourd’hui la précarité envahit tout, l’initiative économique est en panne, les inégalités n’ont jamais été aussi insolentes, l’incertitude pèse sur le rôle de la France dans le monde. Nous devons apporter la preuve de l’efficacité de l’action politique et la mettre au service de notre idéal commun. Nous lançons cette consultation participative dans la cohérence des valeurs bâties pendant la campagne présidentielle et dans la volonté de prolonger les voies tracées par les Forums de la rénovation du PS. Sachant que les questions bien posées permettent les réponses pertinentes, nous pensons utiles de prendre un temps pour bien formuler les questions à trancher (3), en s’appuyant sur les sources d’inquiétudes des Français (1) et sur nos valeurs (2). C’est pourquoi ce document propose, sur cette base, de lancer des discussions et de susciter des réactions : vous pouvez modifier ou compléter la formulation des thèmes qui vous sont proposés. Un site Internet sera spécialement ouvert pour cela. Ce questionnaire est une étape très importante pour structurer le travail de fond qui, enrichi par ces échanges, aboutira à une proposition prenant la forme d’une contribution au Congrès du PS. La consultation s’adresse aux militants du PS, en lien avec les sympathisants et les forces vives qui attendent beaucoup de nous face aux dégradations de toutes sortes commises par la droite. L’une des questions majeures autour de laquelle s’organise notre réflexion est la suivante : définir les droits et les devoirs des responsables politiques, de la société et des personnes, de telle sorte que la liberté de réussir sa vie ne soit pas le privilège de quelques uns mais l’ambition garantie à tous.

1) Les dix sources d’inquiétude des Français

1. un capitalisme qui perd la tête ;

2. la dégradation du niveau de vie ;

3. les fragmentations et le descenseur social à l’intérieur ; la perte de compétitivité de la France à l’extérieur ;

4. l’affaiblissement de la valeur travail et l’exagération de la valeur du capital ;

5. le trouble qui pèse sur l’identité française, secouée par les peurs de l’autre ;

6. le doute sur l’efficacité de l’Etat ;

7. le scepticisme sur la réalité de l’égalité des chances par l’école ;

8. l’Europe perçue comme indifférente au sort des citoyens ;

9. les désordres du monde et les interrogations sur la fin de l’hégémonie occidentale ;

10. une planète menacée d’autodestruction.



2) Les sept valeurs et objectifs qui nous guident

1. Le monde a changé. Le socialisme doit changer pour rester fidèle à sa mission.

2. Le bien-être de tous exige que l’économie de marché et la concurrence ne dictent pas leur loi désordonnée au service d’intérêts particuliers.

3. La volonté publique et l’Etat organisent la conciliation de l’intérêt général et des préoccupations des gens, notamment à travers les services publics.

4. La lutte contre toutes les formes d’injustices et de discrimination est au cœur du droit de chacun à la réussite individuelle.

5. Les socialistes doivent participer à la construction d’un ordre économique, social et écologique juste, au niveau mondial comme au niveau national.

6. Au niveau national comme au niveau local, le socialisme défend la complémentarité qui unit la démocratie représentative, la démocratie participative et la démocratie sociale.

7. La laïcité est le fondement de la République et de l’identité française, enrichie par le métissage.



3) Les dix questions à trancher

1. Il faut sortir du fossé entre un discours pseudo révolutionnaire dans l’opposition et un conformisme économique au pouvoir : de quelle façon ?

2. Le socialisme ne peut pas se contenter d’aménager le capitalisme financier à la marge : comment produire et répartir autrement la richesse ?

3. Que reprendre des modèles progressistes des autres pays et que rejeter ?

4. Il faut pousser l’agilité des entreprises, le goût du risque et l’esprit d’entreprendre, tout en améliorant la situation des salariés et leurs sécurités sociales. Avec quel compromis ?

5. Il faut rééquilibrer le rapport de force entre le travail et le capital par une meilleure répartition du profit. Quels contre-pouvoirs dans l’entreprise ?

6. Comment rompre avec la redistribution passive et bureaucratique comme principal moyen de s’attaquer aux injustices sociales ?

7. Comment améliorer le projet européen pour ne pas oublier les intérêts des peuples et des pays ?

8. Les peuples du Nord doivent être protégés de la concurrence internationale sans que les peuples du Sud ne soient victimes du protectionnisme. Avec quelles nouvelles règles ?

9. Les Etats et le marché doivent assurer la sauvegarde écologique de la planète : quel nouveau modèle de développement ?

10. Le Parti socialiste doit intégrer toutes les nouvelles formes de militantisme et d’engagement citoyen, ainsi que les réussites du travail des élus locaux. Il doit aussi décider efficacement, avec le sens de la discipline collective. Quelles nouvelles règles communes pour y parvenir sereinement ?



Partager cet article

Published by Laurent GRANDGUILLAUME - dans Rénovation
commenter cet article

commentaires

François 07/04/2008

J'espère que ça nous changera. J'en ai marre de ces motions qu'on nous lance dans la machoire sans tenir compte de nos maux.Sortir un peu de cette bataille qu'on veut concentrer uniquement sur une histoire des personnes pour se plonger dans celle des idées.Il faudra bien que le prochain congrès nous permette de trancher sur une orientation politique clairement assumée. On ne pourra plus longtemps jouer à hue et à dia. Sauf à vouloir encore se planter en 2012.C'est pour quand le site ?

xavier guernier 07/04/2008

Dans les sources d'inquiétudes, il y a, pour beaucoup d'entre nous, les OGM. J'ai reçu ce mail de GreenpeaceHélas le blog de M. le député Alain Millot n'est plus accessible...Merci de lui transmettre avant qu'il ne soit trop tard.
"Vous le savez, jusqu'à lundi, les députés français votent une loi sur
les OGM. Cette loi n'est pas ordinaire : elle est déterminante pour
l'avenir de l'agriculture et de l'environnement en France. En
prétendant organiser la coexistence entre cultures, le projet de loi
actuellement discuté ne fait en l'état que légaliser la contamination
génétique de la production agricole. Le choix du sans OGM est nié. Le
projet prévoit en effet que le sans OGM pourra contenir un peu d'OGM
alors que de très nombreux doutes subsistent quant à leur innocuité.
Compte tenu de la nature des OGM, de leur dissémination
incontrôlable, la coexistence des cultures est impossible : la liberté
de produire avec et sans condamne la liberté de produire et consommer
sans OGM que réclame la majorité des français."

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog