Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je reprends quelques instants mon clavier pour écrire cet article et le partager avec vous sur mon blog, un blog sur lequel je publie de temps en temps des articles sur des sujets qui me passionnent. Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour le faire ces derniers temps mais j’ai toujours plaisir à partager des réflexions et à échanger avec ceux que ces sujets passionnent aussi.

Depuis longtemps, je m'intéresse à la question de la culture et de l’histoire des territoires, et plus largement à l’histoire des civilisations. Après m’être intéressé à la langue basque (la plus vieille de notre continent, bien avant le latin), et  à la langue corse, j’ai décidé d’approfondir la question des langues en général, et des langues régionales en particulier. Dans un pays de tradition jacobine, centralisatrice, et égalitaire, reconnaître les langues régionales participerait à la remise en cause de l’unité nationale. Demandez leur protection et vous pourriez être taxés de séditieux.

Or, j’ai toujours pensé que l’unité nationale se renforcerait par la reconnaissance et le respect des différences territoriales, unis dans la diversité. Les récents évènements en Catalogne risquent pourtant de renforcer la tendance à centraliser encore plus autour de la question de la langue et de l’identité du langage unique. Mais s’intéresser aux langues qui préexistèrent parfois avant le français, n’est-ce pas enrichir l’apprentissage de notre propre langue, en comprendre les influences réciproques.

Dans "Halte à la mort des langues" (2000, Editions Odile Jacob), Claude Hagège nous alertait : "Sait-on, qu'en moyenne, il meurt environ 25 langues chaque année ? Il existe aujourd'hui, dans le monde, quelques 5000 langues vivantes. Ainsi, dans cent ans, si rien ne change, la moitié de ces langues seront mortes." Combien de cultures sombrent ainsi dans l'oubli ? À la différence, des femmes et des hommes, toutes les langues peuvent revivre. En effet, une langue morte a perdu l'usage de la parole mais n'a pas disparu totalement. Elle peut revivre. Mais comme le souligne Claude Hagège, les cas de langues qui retrouvent la vie sont très rares. Il cite en particulier l’exemple de l’hébreu.

Je crois qu’il faut lutter pour le maintien de la diversité des langues. Défendre les langues, c'est défendre les cultures. La langue est un produit social comme le soulignait le linguiste Ferdinand De Saussure. Les langues contiennent notre histoire. Dezso Kosztolányi, poète et traducteur hongrois, écrivait dans "Les langues artificielles" (1996) : "Mais je n'accepte pas l'idée que ce fragment de ma spiritualité qu'est ma langue maternelle s'anéantisse à son tour et que, après ma mort, les mots auxquels j'ai prêté mon souffle ... cessent de flotter au-dessus de ma tombe. Il représentent la parole de l'âme, celle d'une continuité familiale qui défie la mort."

Lorsque François Ier impose le français avec l'ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539, il s'en prenait au latin mais aussi aux langues régionales au nom de l'unité nationale. Sous la Révolution française, la Convention montagnarde vote une loi qui prévoit que toute personne faisant usage d'une langue autre que le français s'expose à de graves mesures de rétorsion. On peut aussi citer l'abbé Grégoire qui voulait une seule langue pour faire circuler les marchandises et les idées. Je vous invite d’ailleurs à lire son discours prononcé le 4 Juin 1794 à la Convention nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/Abbe-Gregoire1794.asp Il y faisait référence à 30 Patois et 15 départements qui utilisaient exclusivement la langue française. Pour lui, une "identité de langage" sur le territoire national était donc une nécessité.

Le modèle de l'unité linguistique n'est pourtant pas le modèle de tous les États pour garantir l'unité nationale (ex : Inde, Chine, Thaïlande, Malaisie). Mais les langues régionales représentent encore aujourd’hui, dans l'imagine collectif, un symbole de résistance à l'État. Le gouvernement de Lionel Jospin avait décidé de signer la Charte européenne pour la défense des langues régionales et minoritaires. Le Conseil constitutionnel l'en a empêché au titre de l'article 2 de la Constitution selon lequel  «Le français est la langue de la République". La révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 a ajouté l'article 75-1 de la Constitution (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019241104&cidTexte=LEGITEXT000006071194&dateTexte=20090810). La valeur patrimoniale des langues régionales est reconnue : les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France.

Mais un article dans la Constitution ne suffit pas. Les langues régionales sont en danger. On peut considérer que ce n’est pas grave, que c’est un combat d’arrière-garde, et pourtant c’est une part de notre histoire, de notre culture, de ce qui fait société. Comment comprendre par exemple la Corse sans s’intéresser à sa langue, à ses imaginaires collectifs autour de Marie Gentile ou de Pasquale Paoli, et enfin à son histoire. Comment comprendre la forte identité basque sans comprendre l’histoire de sa langue, la plus vieille d’Europe ?

Pour mieux comprendre la nature du danger pour les langues, on peut consulter l'Atlas UNESCO des langues en danger dans le monde sur http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/endangered-languages/atlas-of-languages-in-danger/ , Cet Atlas "vise à susciter une prise de conscience de la part des autorités, des communautés de locuteurs et du public en général à propos des menaces pesant sur les langues et du besoin de sauvegarder la diversité linguistique mondiale. Il a également pour ambition de constituer un outil de suivi sur l’état des langues en danger dans le monde et des tendances globales en matière de diversité linguistique." .

On y apprend que le corse est « définitivement en danger » (http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap), le gascon est définitivement en danger (http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap),  l’auvergnat est sévèrement en danger (http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap), le basque est vulnérable (http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap), le breton est vulnérable (http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap), … Je ne ferai pas ici le bilan des dix communautés linguistiques de France, mais le constat est sévère.

Faut-il rendre obligatoire l’apprentissage de ces langues pour les faire vivre ? Faut-il inciter, développer de nouveaux outils ? Je n’ai pas la réponse mais force est de constater que si rien n’est fait, c’est une part de ce que nous sommes qui disparaîtra.

Tag(s) : #Culture et Education

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :