Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Né à Besançon, j'ai toujours grand plaisir à retourner en Franche-Comté, terre d'engagements, terre de Victor Hugo, de Charles Fourrier, de Pierre-Joseph Proudhon ou de Gustave Courbet.

 

Après avoir visité il y a plusieurs mois le musée du temps à Besançon (http://www.mdt.besancon.fr/), où j'ai notamment découvert une formidable bande-dessinée sur les "Lip des héros ordinaires" de Laurent Galandon et Damien Vidal, je me suis rendu en famille au musée Gustave Courbet à Ornans.

 

Au-delà des paysages magnifique du pays d'Ornans, le musée respire la liberté ! On peut y apprécier notamment  "Le chêne de Flagey", tableau de la controverse entre la Bourgogne et la Franche-Comté. En effet, Gustave Courbet ajoute en 1867 un sous-tire à l'oeuvre qui fait référence à la querelle qui opposent les villages d'Alaise (Doubs) et d'Alise Sainte-Reine (Côte d'Or) pour la localisation de la bataille d'Alésia. Le musée nous interpelle sur le duel Alaise/Alésia qui synthétise les confrontations idéologiques : Vercingétorix contre César, démocratie contre impérialisme, indépendance régionale contre pouvoir centralisateur, Courbet contre Napoléon III.

 

Pour Gustave Courbert : "Il faudra que l'on dise de moi, celui-là n'a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime si ce n'est le régime de la liberté" (3 juin 1870, Paris). Au moment où l'on traite souvent de l'art à travers son coût, il faut se rappeler que l'art a un coût mais que l'art n'a pas de prix car il incarne la liberté absolue, la liberté d'expression.

 

 

Gustave Courbet et la liberté
Gustave Courbet et la liberté Gustave Courbet et la liberté
Gustave Courbet et la liberté Gustave Courbet et la liberté
Tag(s) : #Culture et Education

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :