Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le résultat définitif des élections est le choix démocratique du peuple américain. Il manifeste l'expression d'une géographie de la colère, comme hier au Royaume-Uni avec le Brexit. C'est la majorité sociale de ces pays qui s'est exprimée.

 

En France, la majorité sociale est dans le rural, le périurbain et les quartiers périphériques des grandes villes. Elle manifeste régulièrement son rejet des représentants en place. Frappée par la baisse du pouvoir d'achat, par le chômage de longue durée, par la fracture numérique, pas les inégalités sociales (santé, éducation, ...) et des mobilités, ... elle est en colère !

 

Quand un salarié au SMIC parcourt près de 50 kilomètres tous les jours en voiture pour aller travailler, son revenu réel, une fois les frais de transport payés, n'est plus suffisant pour vivre sereinement. Comme je l'ai dit régulièrement aussi, la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires a creusé le fossé entre les classes populaires-moyennes et la classe politique. J'ai beau le dire depuis des années, l'écrire dans un livre, beaucoup restent apathiques face à cette réflexion qui est pourtant du bon sens. Agir sur la dépense de logement, de transport et sur la facture énergétique, c'est redonner du pouvoir d'achat aux classes populaires et aux classes moyennes. Cela peut passer par l'innovation sociale et économique dans le territoire. Mais encore faut-il prendre des risques, expérimenter !

 

La métropolisation serait devenue l'alpha et l'omega des réponses politiques. Il suffit de regarder en Côte d'Or où le Parti socialiste a reculé quasiment partout dans le périurbain et le rural depuis 10 ans aux élections municipales et départementales (Semur-en-Auxois, Montbard, Is-sur-Tille, Plombières-les-Dijon, Genlis, ...).

 

Les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets, soit la gauche se réveille, soit elle disparaîtra pour longtemps en 2017. Elle laisserait alors la place à tous les populismes.

Donald Trump, le Brexit et la France : la géographie de la colère
Tag(s) : #Chroniques

Partager cet article

Repost 0