Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis mercredi je réfléchis à cette initiative d'Emmanuel Macron. Que m'inspire t'elle ?

J'ai travaillé avec lui dans le cadre du projet de loi qu'il a porté et pour lequel j'étais rapporteur thématique sur la partie simplification. J'ai pu apprécier son audace et ses qualités d'écoute, comme je les avais apprécié, lors de ma mission sur les Autoentrepreneurs et les Artisans, lorsqu'il était collaborateur de cabinet à l'Elysée.

Mais j'ai été déçu de lui lorsque m'a été confiée la mission sur les taxis et les VTC puisque dès les premiers jours de celle-ci, ses déclarations dans la presse, ainsi que de quelques uns de ses soutiens, s'apparentaient plus à du savonnage de planche qu'à un travail collectif.

Ses positions politiques vont plutôt dans le sens de la dérégulation pour le tout numérique, le modèle Silicon Valley, ce mirage numérique que je ne défends pas. De même que sa position sur le triplement du seuil de chiffre d'affaires des Autoentrepreneurs et la réduction des qualifications iraient dans le sens d'un affaiblissement de l'artisanat et du salariat (une entreprise aurait plus intérêt à inciter un cadre à se mettre à son compte qu'à le recruter). Je défendrai pour ma part la responsabilité sociale des plateformes numériques dans la loi El Khomri, alors que ses soutiens défendront de supprimer le risque de requalification en CDI des travailleurs indépendants qui travaillent avec des plateformes en introduisant une présomption irréfragable de travail indépendant. En cela, j'ai des désaccords politiques sur le fond avec ses positionnements. C'est le débat démocratique. Que la confrontation idéologique commence !

La création de son mouvement, "ni de droite ni de gauche", me met en colère. On peut chercher des convergences pour défendre des idées, rassembler, parfois dépasser des clivages dans le cadre de l'unité nationale, mais cela n'empêche pas pour autant d'avoir des positions politiques, une identité politique. Plus étonnant encore le silence assourdissant de bon nombre de responsables socialistes sur cette initiative. Si une majorité de Français se réclament ni de droite, ni de gauche, ce n'est pas par la confusion que nous les convaincrons ou par des artifices de communication. La majorité politique rejoindra la majorité sociale à mesure que les injustices et les inégalités se réduiront !

Je suis socialiste et je défends une certaine idée de la République laïque et sociale, une certaine idée de la France où l'humain doit être au cœur des choix. Je suis libéral au sens des libertés individuelles mais non pas au sens de l'ultra-libéralisme comme dogme économique.

Alors je dis bonne chance à ceux qui s'engagent dans cette aventure. J'attends avec impatience de découvrir leur programme pour que nous ayons un débat politique et une confrontation idéologique.

Laurent Grandguillaume

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :